Nouveaux locaux ! Venez découvrir le nouveau VW SPORTS.

Terrain multisport : comment l’aménager ?

Le terrain multisport est un lieu de rencontre intergénérationnel qui favorise les échanges et qui permet de tisser de nouvelles amitiés. Son aménagement est une initiative qui bénéficie à la collectivité. Cependant, certaines règles sont à respecter pour que le terrain soit adapté aux usages prévus.

Le choix de l’implantation

Les sports collectifs engendrent une certaine animation qui peut s’avérer gênante pour le voisinage. Une zone d’au moins 100 à 150 mètres est à respecter par rapport aux lieux d’habitation alentours. Cependant, il est envisageable de se concerter avec les riverains. Il est par exemple possible de limiter la zone de bon voisinage mais d’appliquer des restrictions horaires concernant l’accès au terrain.

Les dimensions du terrain multisports

Un terrain multisports standard fait 20 m x 40 m. L’espace peut ainsi être exploité pour différents jeux de balle. Des dimensions plus modestes de 18m x 30 m sont également envisageables. Les dimensions changent en fonction des sports que vous souhaitez y mettre (basket, volley, hand, tennis, etc…).

Les normes à respecter

La norme EN 15312 +A1 encadre scrupuleusement l’aménagement d’un terrain multisports. L’entreprise en charge de l’aménagement doit alors délivrer un certificat de conformité et/ou un rapport de contrôle avant l’ouverture du site au grand public. Il faut également prévoir au moins 1 contrôle annuel. Un test de la solidité du terrain est également requis avant la mise en service puis tous les deux ans.

Il n’est pas nécessaire de demander un permis de construire. Cependant, une demande de travaux doit obligatoirement être déposée, selon les directives du code de l’urbanisme à l’article L. 442-1.

Quel sol pour un terrain multisports ?

Il est impératif que le sol soit stable. Plusieurs options sont envisageables pour se conformer à ce critère :

  • sol en béton brut ou en béton enrobé : il ne demande pratiquement aucun entretien. Un balayage régulier et un lavage à haute pression annuel suffisent amplement. Cette option est la plus économique.
  • sol en béton peint : dans la plupart des cas, la peinture est de couleur verte ou beige. Du bleu et du rouge sont également applicables. L’application des lignes de jeu est très simple. Là aussi, l’entretien est peu contraignant (balayage et lavage à haute pression annuel)
  • sol recouvert de résine : il est plus confortable car la résine amortit les sauts et la course. Une sensibilisation des usagers s’impose néanmoins pour assurer la longévité du matériau. Les chaussures à crampons sont déjà à éviter. Les cigarettes doivent également être interdites. En termes d’entretien, il est essentiel de balayer la surface et de refaire la résine après une durée de vie d’environ 8-10 ans.
  • le gazon synthétique : c’est un sol tendance depuis quelques décennies. D’une part, le sol est esthétique. D’autre part, il assure un niveau de confort élevé aux usagers, exception faite des joueurs de basketball. L’accès du terrain aux personnes en fauteuil roulant sera par ailleurs moins aisé comparé aux sols en béton. L’entretien est assez contraignant et le coût pour changer la surface est assez élevé.

Les équipements optionnels

A la base, le terrain doit comprendre deux buts de football/handball surmonté des paniers de basket. Un troisième panier adossé à l’un des buts est également envisageable, offrant une surface supplémentaire aux basketteurs. Des mini-buts peuvent aussi être aménagés sur les côtés. Cette option est particulièrement intéressante pour permettre aux joueurs de se lancer dans deux matchs en simultané. Ces rencontres se font alors en demi-terrain.

Les poteaux et filets ne sont pas obligatoires mais multiplient les possibilités en termes d’activités. Le volley en accès réglementé est vivement conseillé pour éviter la dégradation prématurée du filet.

Le terrain peut aussi être équipé de pare-ballons. Ces installations optionnelles évitent aux balles et ballons de sortir du terrain, ce qui engendre souvent leur perte.

Le choix des matériaux

Les buts, les bancs, les clôtures… s’ajoutent au sol. Il faut les choisir dans des matériaux adaptés afin de pérenniser l’investissement.

L’acier est connu pour sa grande robustesse. Cependant, il est sensible à la corrosion. La peinture s’écaille généralement au bout de 10 ans, voire moins pour les installations en bord de mer.

Le bois apporte un certain charme au terrain mais il n’est pas assez résistant pour supporter les impacts des ballons. C’est sans oublier que ce matériau fait souvent l’objet d’actes de vandalisme.

L’inox est un matériau intéressant. L’inox 316 est à privilégier à l’inox 304 car il est plus résistant à la corrosion et à la rouille. Des entretiens réguliers sont toutefois à effectuer pour préserver cette résistance, notamment dans les environnements fortement iodés (littoral). En revanche le coût de ce matériau est très élevé.

L’aluminium est le matériau le mieux adapté à un terrain multisports. Facile à entretenir, il est résistant à la corrosion. Il peut donc installé dans tous les environnements, incluant les sites en bord de mer.

Aménager un terrain multisports nécessite donc une étude approfondie qui assure la longévité de l’infrastructure, son adéquation avec l’environnement existant et le confort de ses usagers.

logo-livraison-rapide

Livraison rapide et soignée

logo-paiement-rapide-et-securise

Paiement rapide et sécurisé

logo-normes-respectees

Normes respectées

Abonnez-vous à notre newsletter

    0
    Votre panier est videRetourner à la boutique

      © 2021 Laurine Colin – VWSports